mardi 27 janvier 2009

L'écureuil roux

Il semblerait que l’écureuil roux de nos contrées soit en concurrence sévère avec d’autres espèces d’écureuils introduites en France notamment.


Aussi le MNHN (Muséum National d’Histoire Naturelle), l’ONF (Office National des Forêts) et la SFEPM (Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères) ont collectivement mis en place une étude depuis 2007 pour mieux connaitre la répartition et l’évolution de ces populations.

Une deuxième phase de l’étude est actuellement en cours, et doit permettre de préciser les éléments déjà enregistrés. Elle est ouverte à toutes les bonnes volontés. Vous trouverez en ligne une fiche de renseignement pour signaler la présence ou non de l’écureuil roux sur un secteur donné entre 2005 et 2008.

Plus d’informations ici, avec notamment une fiche descriptive des différentes espèces.

vendredi 23 janvier 2009

Emballages alimentaires en plastique: danger!

Pourquoi utiliser moins d'emballages alimentaires? Pour réduire les déchets? Oui, mais pas seulement. Pour minimiser également les risques d'intoxication insidieuse. C'est ce que déclare un organisme américain indépendant, The Institute for Agriculture and Trade Policy, dans son Smart Plastics Guide.

Pour commencer, une petite présentation des plastiques d'emballage:

P1: Polyéthylène téréphthalate éthylène ou PET
Utilisé pour les boissons comme l'eau, les jus de fruits, les détergents...

P2: Polyéthylène de haute densité ou HDPE
Utilisé pour les bouteilles de lait opaques, les emballages de produits cosmétiques (shampoings…).

P3: Polychlorure de vinyle ou PVC
Utilisé pour les boîtes alimentaires, certaines bouteilles d'eau minérale, les films alimentaires, les bouteilles d'huile...

P4: Polyéthylène basse densité ou LDPE
Utilisé pour les barquettes, les films alimentaires, les flacons, les sacs congélation et les sacs poubelles.

P5: Polypropylène ou PP
Les barquettes de beurre et margarine, certains pots de yaourts, les biberons.

P6: Polystyrène ou PS
Les couverts et verres en plastique, certains pots de yaourts, les emballages pour les oeufs qui ne sont pas en carton…

P7: Autres plastiques
Certains récipients alimentaires (ketchup…), les bouteilles en plastique de grosse quantité, les gourdes, les gobelets en plastique rigide, les biberons… Attention au bisphénol A dans cette catégorie (en particulier dans les bouteilles habituellement rigides, translucides et colorées).

Les produits suspects

Les produits suspects ne font pas l'unanimité des études menées sur le sujet. Les désaccords portent surtout sur les doses acceptables pour déclarer officiellement la dangerosité du produit. On ne peut pas prendre en compte l'effet de récurrence de l'utilisation des produits à doses minimes sur la durée d'une vie humaine. Il s'agit toujours de statistiques basées sur la vie des animaux soumis à l'utilisation des substances suspectes. Il arrive aussi que ce soit l'association d'une substance avec une autre qui crèe la toxicicité, ce qui complique les choses bien entendu. Pas d'alarme mais prudence de rigueur! La santé publique n'est pas une valeur assez forte face à l'argent généré par le marché de l'emballage plastique et celui du recyclage de ces matériaux.

Premier suspect: le Bisphénol A Principal
Il entre dans la composition de nombreux plastiques de type polycarbonate et PVC (P7 et P3). On le trouve aussi dans les prothèses dentaires et dans les revêtements des boîtes de conserves (résine époxy). D'autres informations sur le sujet et une liste plus complète sur le blog "La Grande invasion" géré par un journaliste indépendant.
Il serait un perturbateur du système endocrinien et un agent cancérigène (cancer de la prostate et du sein). Il serait l'un des facteurs des problèmes de fécondité masculine.

Deuxième suspect: le Di[2-ethyhexyl] adipate (DEHA)
Il est présent dans le PVC (P3) et pourrait avoir une incidence sur le foie, les reins, la rate et la formation osseuse. Dans l'usage alimentaire, la toxicité se libère principalement au contact des films alimentaires avec des matières graisseuses comme la viande ou le fromage. La dangerosité est avérée dans les études sur les animaux.

Troisième suspect: le styrène
Il est principalement utilisé pour la fabrication de polystyrène. A haute dose, le styrène, présent dans les plastiques P6, est une matière considérée comme toxique pour le système nerveux, le foie, les reins et l'estomac. C'est avéré dans les études sur les animaux. C'est avéré pour les salariés fortement exposés au styrène par inhalation (leucémies).

Quelles recommandations?

- N'utilisez pas les plastiques de type P7.
- Evitez d'utiliser des emballages plastiques au micro-ondes. Préférez le verre ou la céramique (sans peinture métallique).
- Evitez de stocker des produits gras dans du plastique. Cela accentue la libération de bisphénol A et du styrène.
- Evitez d'utiliser des détergents trop puissants pour nettoyer les plastiques.
- Evitez d'utiliser des films plastiques au contact direct des aliments.
- Ne passez pas les films plastiques au micro-ondes.
- Les plastiques de catégorie P1 et P2 sont à usage unique. Ne les réutilisez pas.
- Pour les biberons, évitez le plastique, préférez le verre.
- Evitez de chauffer des aliments dans du plastique et éviter le contact du plastique avec des aliments chauds.
- Evitez d'acheter des produits en PVC (P3) même pour un usage non alimentaire (matériaux de construction, jouets, etc.)
- Préférez les emballages sans plastique.
- Privilégiez les emballages "verts".


En résumé


Evitez les logos suivants:


Références

1.U.S. EPA, Integrated Risk Information System. U.S. EPA. http://www.epa.gov/iris/subst/1001.htm
2. Institute of Medicine. Dioxins and Dioxin-like Compounds in the Food Supply- Strategies to Decrease Exposure, National Academies Press, Washington, DC. 2003
3. Howdeshell, KL, PH Peterman, BM Judy et al. “Bisphenol A is released form used polycarbonate animal cages into water at room temperature.” Environmental Health Perspectives 111(9): 1180-87. 2003.
4. Calafat, AM, Z Kuklenyik, J Reidy et al. “Urinary concentrations of bisphenol A and 4-nonylphenol in a human reference population.” Environmental Health Perspectives 113(4): 391-395. 2005.
5. Schonfelder, G, W Wittfoht, H Hopp et al. “Parent bisphenol A accumulation in the maternal-fetal-placental unit.” Environmental Health Perspectives 110(11): A703-A707. 2002.
6. Ikezuki, Y, O Tsutsumi, Y Takai et al. “Determination of bisphenol A concentrations in human biological fluids reveals significant early prenatal exposure.” Hum Reprod 17(11): 2839-2841. 2002.
7. University of Missouri Endocrine Disruptor Group. October 2006. F vom Saal. http://endocrinedisruptors.missouri.edu/vomsaal/vomsaal.html .
8. vom Saal F, C Hughes. “An extensive new literature concerning low-dose effects of bisphenol A shows the need for a new risk assessment.” Environmental Health Perspectives 113(8): 926-933. 2005.
9. Wetherill, YB, C Petre, KR Monk et al. “The Xenoestrogen Bisphenol A Induces Inappropriate Androgen Receptor Activation and Mitogenesis in Prostatic Adenocarcinoma Cells.” Molecular Cancer Therapeutics 1: 515–524. 2002.
10. Markey, CM, EH Luque, M Munoz de Toro M et al. “In Utero Exposure to Bisphenol A Alters the Development and Tissue Organization of the Mouse Mammary Gland.” Biology of Reproduction 65: 1215–1223. 2001.
11. Munoz de Toro M, C Markey, PR Wadia et al. “Perinatal exposure to bisphenol A alters peripubertal mammary gland development in mice.” Endocrinology May 26, 2005. June 1, 2005. http://endo.endojournals.org/.
12. Hunt, PA, KE Koehler, M Susiarjo et al. “Bisphenol A exposure causes meiotic aneuploidy in the female mouse.” Current Biology 13: 546-553. 2003.
13. Takeuchi T, O Tsutsumi, Y Ikezuki et al. “Positive relationship between androgen and the endocrine disruptor, bisphenol A, in normal women and women with ovarian dysfunction.” Endocrine Journal 51(2): 165-169. 2004.
14. Sugiura-Ogasawara M, Y Ozaki, SI Sonta et al. “Exposure to bisphenol A is associated with recurrent miscarriage.” Hum Reprod. 20(8): 2325-2329. 2005.
15. U.S. EPA, Integrated Risk Information System. U.S. EPA. http://www.epa.gov/iris/subst/0356.htm
16. Mutti A, A Mazzucchi, P Rustichelli et al. “Exposure-effect and exposureresponse relationships between occupational exposure to styrene and neuropsychological functions.” Am. J. Ind. Med. 5: 275-286. 1984.
17. Benignus VA, AM Geller, WK Boyes et al. “Human neurobehavioral effects of long-term exposure to styrene: a meta-analysis.” Environ Health Perspectives 113(5): 532-538. 2005.
18. U.S. EPA, Styrene Fact Sheet, Dec. 1994, available at http://www.epa.gov/opptintr/chemfact/styre-sd.txt
19. Natureworks web site. Cargill-Dow. August 26, 2008. www.natureworksllc.com/

jeudi 22 janvier 2009

Religulous



Le film Religulous de Larry Charles vient de sortir en Europe. Il stigmatise (sans jeu de mot) les idées religieuses, les croyances, les déclarations de foi comiques, absurdes ou ridicules, comme son titre l'indique. C'est un documentaire satirique sur les grands dogmes religieux. Le parti pris de l'humoriste Bill Mayer, qui conduit les interviews, est de laisser parler les représentants des religions qu'il rencontre et d'introduire une logique dans leur discours. Or, chacun sait que la foi n'a rien de rationnel et le comique naît de cette confrontation entre deux discours incompatibles. Michael Moore n'est pas loin et ce n'est pas surprenant. On sait que religion et politique sont des champs livrés à la passion plutôt qu'à la raison. Ce type de film s'adresse clairement à des athées, à des agnostiques et, en tout cas, à des anti-dogmatiques. La satire est un genre précisément fait pour exprimer une tendance et ne réclame aucune objectivité. Ainsi en est-il.

L'affiche du film donne le ton. Trois chimpanzés sont affublés des attributs des trois religions du livre. L'effet comique est garanti. L'effet caustique aussi. Pour rechercher une communication visuelle opportuniste, le discours satirique utilise une parodie des trois singes de la sagesse orientale. Un dogme bouddhiste? Je rappelle qu'un dogme est un principe établi, incontestable, servant de fondement à une doctrine politique, philosophique ou religieuse. Nous en sommes tous bien évidemment pétris: ils existent en nous bien souvent à notre insu. C'est dire l'importance de la remise en question permanente, bien inconfortable, je vous l'accorde.

Que disent les trois singes sages?

Ne rien voir de mal.
Ne rien dire de mal.
Ne rien entendre de mal.

L'ensemble exprime les conséquences positives découlant d'une conduite positive. Une sorte de loi de l'attraction des temps anciens.

Ce message est généralement raccourci dangereusement en:
Ne rien voir.
Ne rien dire.
Ne rien entendre.

L'interprétation en devient: pour vivre tranquille, ne pas s'impliquer. Perversion moderne de la philosophie originelle et attitude bien commune que l'on pourrait compléter ainsi:

Ne rien voir que ce que l'on nous montre.
Ne rien dire qui sorte du lieu commun.
Ne rien entendre que ce que l'on veut bien nous laisser entendre.
En un mot: désinformation, préambule au totalitarisme qu'il soit ou non déclaré.

Nul n'est besoin de dire l'urgence de retrouver toute l'importance de voir, dire, entendre… et penser, action qui découle des trois autres.
Parce qu'il est parfois bon de se taire et d'écouter, je laisse la parole au blogueur Octave:

"La croyance en une «construction sociale de la réalité» - dogme central de la pensée post-moderne - reflète l'expérience de la vie dans un milieu artificiel d'où a été rigoureusement banni tout ce qui résiste au contrôle humain. Le contrôle est devenu l'obsession: la rétroaction maladive avec l'abstraction spectaculaire constituant la société toute entière, rassurant ersatz sous implants médiatiques. TELE !

Dans son élan pour s'isoler du risque et de la contingence - pour se prémunir contre les aléas de la vie humaine - l'élite intellectuelle se sépare du monde commun, son œuvre infernale.

L'attitude des trois singes - n'entends rien, ne vois rien, ne dis rien - prédomine dans notre acceptation actuelle de la politique ; du moins il s'agit de ne plus être sensible à l'environnement tangible, ce que constitue la {polis} originellement : la vie dans la cité. La {praxis} s'estompe du même coup, toute pratique étant happée dans le télé-réel. Même la manifestation ou l'émeute de rue n'ont finalement une crédibilité, une réalité, qu'à travers l'image et les médias, elles dépendent entièrement d'eux."

Sans hésitation, je vous conseille la lecture de l'article dans son entier.

A méditer. Comme le repos de l'esprit, la gestation de la pensée aime aussi le silence!

En bref, Religulous mérite d'exister, surtout dans le contexte politique nord-américain de religions exacerbées et de stéréotypes comportementaux. Religulous peut aussi, comme ce qu'il tourne en ridicule, conduire à un discours (politique) dogmatique.
Nos pensées oscillent dangereusement entre les extrêmes. C'est peut-être plus vrai encore par temps de crise. En tant qu'individu, nous avons le devoir de nous maintenir éveillés et de nous méfier de tout prosélytisme et de tout enbrigadement idéologique, le discours télévisuel n'étant pas au-dessus de tout soupçon à cet égard. Cela se fait dans une alliance subtile de verbe et de silence qu'il appartient à chacun de trouver.


mercredi 21 janvier 2009

Quand l'homme disparaîtra



Dans son ouvrage Homo Disparitus paru l'an dernier en français chez Flammarion/Essais, Alan Weisman nous offre un reportage passionnant sur les conséquences pour la Terre d'une disparition radicale de l'espèce humaine (une simple bactérie ou une épidémie à l'échelle mondiale pourrait en être la cause). Son enquête nous fait voyager sur les 5 continents et croise les points de vue de différents spécialistes (climatologues, botanistes, écologistes, géographes, physiciens...). Alan Weisman poursuit la communication sur le sujet sur son site Internet.

Le sujet fait tache d'huile et intéresse les esprits ces derniers temps. L'édition française du National Geographic de janvier pose la question en première page: "Que serait la Terre sans les hommes?". La photo de couverture est un travail infographié de Yannick Monget, un auteur de science-fiction familier des sujets environnementaux (Rencontre aux Editions Bénévent en 2004 et Gaïa chez France Europe Editions en 2006) qui a publié récemment Demain, la Terre, préfacé par Jean-Marie Pelt. Cet album de photographies infographiées permet de visualiser les réponses possibles à la question posée par le National Geographic, "que serait la Terre sans les hommes?". Un ouvrage très optimiste pour compléter les autres lectures. Autant terminer par celui-là! La question, que l'on entend partout, ne date pourtant pas d'hier. Chacun sait bien, depuis longtemps, que l'homme, s'il ne change pas radicalement de comportement, est en voie d'auto-destruction. Il est satisfaisant de se rendre compte que, même si de nombreuses espèces végétales et animales disparaîtraient avant et avec lui, même si des catastrophes terribles suivraient dans un premier temps la disparition des hommes (l'explosion des centrales nucléaires par exemple), la planète survivrait à ses folies.

Your House without you





When humans Disappear



mardi 20 janvier 2009

Ma maison est une palette


Le premier prix du "GAU:DI European student competition on sustainable architecture 2006-2008" est revenu aux autrichiens Andreas Claus Schnetzer et Gregor Pils de la Technische Universität de Vienne pour leur projet "Pallet House".
Considéré comme matériau de construction, les palettes présentent plusieurs avantages. Leur fabrication est standardisée. On les trouve partout dans le monde et leur usage est largement répandu pour le transport de marchandises. Elles peuvent également être assez facilement récupérées après leur usage initial.
Pour une maison standard de 60m², il faut envisager 800 palettes estimées d'occasion à 8 euros pièce. Le vide entre les palettes sert à insérer les poutres, l'isolation, les cables et est utilisé pour l'ensoleillement.
Alors que dans le monde, en 2008, un milliard de personnes vit dans un bidonville (chiffre en augmentation), les maisons de palettes peuvent fournir un abri vite monté, peu cher et à la matière première facile d'accès. Andreas Claus Schnetzer et Gregor Pils l'envisagent aussi dans le cadre de l'habitation d'urgence (camps de réfugiés, poste de secours…). L'adaptation au public (riche ou pauvre), à la fonction (maison, loisir ou refuge temporaire), au climat (froid ou chaud) est facile, ce qui fait de la maison de palettes un habitat modulable et flexible. Autre avantage, l'empreinte écologique d'un tel habitat est réduit. Les palettes se trouvent partout, réduisant les distances de transport. Par un jeu d'isolation/ensoleillement, le coût énergétique peut être réduit. Le délai de construction est court, réduisant le besoin en énergie. Enfin, la simplicité de la construction en facilite l'usage.
Les lauréats du concours sont-ils originaux ou surfent-ils seulement sur une vague?
Apparemment, dans le milieu de la simplicité volontaire et de l'auto-construction, l'idée est déjà bien installée. En effet, nombreux sont ceux qui s'intéressent au paradoxe de transformer un symbole de la société de consommation en allié de la décroissance. Voir par exemple ce site américain qui propose, suite aux conséquences de l'ouragan Katrina, d'apprendre à fabriquer très simplement et très rapidement un abri avec des palettes de transport en cas de catastrophe naturelle.
L'auteur du site présente un autre projet de petite maison de palettes sur roue (quelque chose comme une roulotte). Lecture passionnante garantie et plans à l'appui!

Autre exemple, les Compagnons d'Emmaüs de Neuilly proposent la construction de chalets à partir de palettes.
L'idée, excellente, est dans l'air apparemment.
Une petite précision pour que l'idée soit totalement bonne. Il faut savoir que depuis le 1° janvier 2005, les palettes circulant dans l'Union européenne sont soumises à la norme INMP15 / ISPM15, une norme internationale de mesures phytosanitaires qui oblige un traitement insecticide du bois. Ce traitement peut être thermique (élévation de la température du bois à 56° pendant 30 minutes) ou chimique (fumigation au bromure de méthyle). Le traitement le moins nocif et le plus respectueux de l'environnement est le premier. Il vaut mieux utiliser des palettes qui ont été soumises à la chaleur. Comment les reconnaître? Par la marque obligatoirement appliquée sur le bois.
Pour le traitement chimique c'est: MB DB
Pour le traitement thermique, à préférer, c'est: HT DB



Tenté/e/s? Pour une cabane de jardin, un poulailler ou un palais?
Moi je choisis la roulotte...
Bonne construction!

Mass Destruction

"Mass Destruction" est le titre d'une chanson du groupe britannique de trip hop (rythmique hip hop avec influences diverses) Faithless.
Un texte engagé qui pointe quelques armes de destruction massive assez pertinentes même si ce ne sont pas les premières qui nous viennent à l'esprit:
- la cruauté ("Wicked mind is a weapon of mass destruction ");
- la désinformation ("Misinformation is a weapon of mass destruction");
- la cupidité ("Greed is a weapon of mass destruction");
- la peur ("Fear is a weaponof mass destruction");
- le racisme ("Racism is a weapon of mass destruction");
- l'inaction ("Inaction is a weapon of mass destruction").

Voici les paroles avant le clip. Un texte intemporel de 2007.

"Whether long range weapon or suicide bomber
Wicked mind is a weapon of mass destruction
Whether you're soar away sun or BBC 1
Misinformation is a weapon of mass destruction
You could a Caucasian or a poor Asian
Racism is a weapon of mass destruction
Whether inflation or globalization
Fear is a weapon of mass destruction

My dad came into my room holding his hat
I knew he was leaving,
He sat on my bed told me some facts, son.
I have a duty, calling on me
You and your sister be brave my little soldier
And don't forget all I told ya
Your the mister of the house now remember this
And when you wake up in the morning give ya momma a kiss
Then I had to say goodbye

In the morning woke momma with a kiss on each eyelid,
Even though I'm only a kid
Certain things can 't be hid
Momma grabbed me
Held me like I was made of gold
But left her inner stories untold
I said , momma it will be alright
When daddy comes home, tonight

Whether long range weapon or suicide bomber
Wicked mind is a weapon of mass destruction
Whether you're soar away sun or BBC 1
Misinformation is a weapon of mass destruction
You could a Caucasian or a poor Asian
Racism is a weapon of mass destruction
Whether inflation or globalization
Fear is a weapon of mass destruction

Whether Halliburton Enron or anyone
Greed is a weapon of mass destruction
We need to find courage, overcome
Inaction is a weapon of mass destruction
Inaction is a weapon of mass destruction
Inaction is a weapon of mass destruction

My story stops here, lets be clear
This scenario is happening everywhere
And you ain't going to nirvana or farvana
You're coming right back here to live out your karma
With even more drama than previously, seriously
Just how many centuries have we been waiting for someone else to make us free
And we refuse to see
That people overseas suffer just like we
Bad leadership and ego's unfettered and free
Who feed one the people they're supposed to lead
I don't need good people to pray and wait
For the lord to make it all straight
There's only now, do it right.
Cos I don't want your daddy, leaving home tonight

Whether long range weapon or suicide bomber
Wicked mind is a weapon of mass destruction
Whether you're soar away sun or BBC 1
Misinformation is a weapon of mass destruction
You could a Caucasian or a poor Asian
Racism is a weapon of mass destruction
Whether inflation or globalization
Fear is a weapon of mass destruction

Whether Halliburton Enron or anyone
Greed is a weapon of mass destruction
We need to find courage, overcome
Inaction is a weapon of mass destruction
Inaction is a weapon of mass destruction
Inaction is a weapon of mass destruction."

lundi 19 janvier 2009

"Il y a des nourritures terrestres subtiles"

Les Cahiers nature de Terre Sauvage nous font voyager cet hiver à travers l'Europe des parcs nationaux grâce aux chroniques croisées de deux journalistes, Samuel Baunée et Pierre Gouyou Beauchamps. 16 pays et 16 parcs nationaux. Une lecture qui fait du bien au coeur de l'hiver et des idées de randonnées pour la bonne saison, pourquoi pas?

Aperçu d'un texte de Samuel Baunée, pour partager la gourmandise. Porte ouverte sur l'été:

"j'aime la nature contrebandière, celle qui se joue de nos découpages politiques et jette de hautes montagnes au-dessus de nos redoutables frontières. J'aime me dire qu'ici, dans la réserve naturelle de la Grande Sassière, au coeur du parc national de la Vanoise, mes pas fouleront bientôt à mon insu, le sol italien du parc national du Grand Paradis. Là-bas, près du glacier de Rhêmes Golette. Partout, les fleurs sont les mêmes, ni françaises ni italiennes, simplement européennes. Pourtant la gentiane ne connaît pas le traité de Rome, elle a une intelligence d'avance...
Sur les flancs de l'aiguille de la Grande Sassière, un troupeau de vaches rumine, un vacher moderne termine la traite du matin. Le sentier pointe vers la Tsanteleina, 3608 mètres couverts de neige. Je m'en écarte un peu, sous l'oeil vigilant d'une marmotte qui finit par rentrer sous terre en sifflant. Elle est plus farouche que celle d'hier, dans la vallée du Rosuel. Elle avait pris longuement la pose avant d'aller grignotter avec ses copines quelques carlines sous le mont Pourri. En août, les Alpes graies sont généreuses, même pour nous, misérables humains aux papilles altérées. J'ai récolté sur les berges du ruisseau du Prêtre une poignée de framboises, de groseilles et de fraises des bois au goût extraordinaire.
Tout en dégustant ma cueillette, assis face à la cascade, je me suis demandé si je ne devais pas ses arômes singuliers au paysage, qui est d'une insolente beauté. Finalement, n'ai-je pas, dans le même temps, dévoré des yeux le bleu du ciel et le panache blanc de la cascade, le vert des alpages et l'arc-en-ciel des tapis de fleurs? Il y a des nourritures terrestres subtiles, des sauvageries essentielles dont nous nous sommes privés en nous artificialisant. J'ai laissé le dernier rayon du soleil caresser ma peau et, enfin seul, je me suis baigné dans une vasque d'eau claire et glaciale, devant l'aiguille enflammée du Saint-Esprit. Roboratif.
Aujourd'hui, je ne renouvellerai pas l'exploit car d'épais cumulo-nimbus noirs s'amoncellent sur le dôme de la Sache et la pointe de la Grande Casse. Il va pleuvoir, ce sera une pluie franco-italienne."

Il est bien vrai que l'être humain se nourrit autant de beaux paysages, de belles rencontres, de belles expériences, de beaux souvenirs que de nourriture. Nourrir l'humanité est une chose à la fois simple et subtile. Il suffit parfois de savoir prêter attention. Pour changer le rêve, il faut aussi prendre des forces en allant à la source des beautés naturelles. L'artifice dont l'animal humain s'entoure n'a pas que des inconvénients, mais il faut veiller à ce qu'il ne nous éloigne pas trop des nourritures qui nous sont essentielles.

vendredi 16 janvier 2009

ASPROpnpp

ASPROpnpp, kesako?

C'est l'association pour la promotion des produits naturels non préoccupants.
Cette association est née en réaction à la loi française d’Orientation Agricole de janvier 2006. Vous savez, celle qui punit les utilisateurs et détenteurs de produits naturels non homologués, genre purin d'ortie. Ceux qui en donnent la recette aussi.

On trouve plein d'infos intéressantes sur leur site. A consulter sans modération!

Ils présentent en particulier le film documentaire L'ortie fée de la résistance. Cliquez si vous voulez voir quelques extraits bien utiles et intéressants.

Jury de Déontologie Publicitaire

Savez-vous que vous pouvez réagir face à une publicité diffusée dans la presse, à la radio, à la télévision, par voie d'affichage urbain ou par Internet dont le contenu vous semble déontologiquement inacceptable?
Saisissez le Jury de Déontologie Publicitaire en posant gratuitement une plainte contre l'annonceur.

Les décisions du Jury ne sont pas toujours en défaveur de l'annonceur. C'est heureux parfois. Ainsi le cas de la Fondation Brigitte Bardot attaquée par l'association La Fourrure française qui, en décembre dernier, reprochait à la campagne de la Fondation Brigitte Bardot d'être trop violente! (Oui, vous avez bien lu!) Par contre, ladite association ne semble pas considèrer le commerce de la fourrure comme un acte violent. Dans ce cas, le Jury de Déontologie Publicitaire a rejeté la plainte.

Voir la campagne attaquée ci-dessous:






mercredi 14 janvier 2009

Arne Naess: écologie profonde


Le philosophe norvégien Arne Naess est mort dans son sommeil hier soir. Il avait 96 ans. C'était le père du concept d'écologie profonde (Deep Ecology). Tentons un résumé de ce concept. L'idée principale est que la vie humaine ne vaut pas plus que les vies non-humaines dans l'absolu. Le reste du vivant ne peut pas être considéré comme un ensemble de "ressources" destinées à répondre aux besoins de l'espèce humaine. Pas d'anthropocentrisme, donc. Les êtres vivants ne sauraient être classés en fonction d'une valeur attribuée par l'espèce dominante. Le site http://www.deepecology.org/ propose les 8 grands principes qui fondent le mouvement:

"1) The well-being and flourishing of human and nonhuman life on Earth have value in themselves (synonyms: inherent worth; intrinsic value; inherent value). These values are independent of the usefulness of the nonhuman world for human purposes.

2) Richness and diversity of life forms contribute to the realization of these values and are also values in themselves.

3) Humans have no right to reduce this richness and diversity except to satisfy vital needs.

4) Present human interference with the nonhuman world is excessive, and the situation is rapidly worsening.

5) The flourishing of human life and cultures is compatible with a substantial decrease of the human population. The flourishing of nonhuman life requires such a decrease.

6) Policies must therefore be changed. The changes in policies affect basic economic, technological structures. The resulting state of affairs will be deeply different from the present.

7) The ideological change is mainly that of appreciating life quality (dwelling in situations of inherent worth) rather than adhering to an increasingly higher standard of living. There will be a profound awareness of the difference between big and great.

8) Those who subscribe to the foregoing points have an obligation directly or indirectly to participate in the attempt to implement the necessary changes."

En France, l'écologie profonde est associée à un "totalitarisme vert". Citons Luc Ferry dans Le Nouvel ordre écologique, (Grasset, 1992), livre que, par ailleurs, je ne vous recommande pas: "L’écologie profonde fera désormais du holisme et de l’anti-humanisme des slogans manifestes du combat contre la modernité." L'anti-humanisme n'est pourtant jamais une position défendue par Arne Naess. A moins qu'il soit anti-humaniste de prôner un respect universel de la vie.

Quelques extraits du documentaire de Jan van Boeckel consacré à Arne Naesse, The Call of the Mountain (1997):















mardi 13 janvier 2009

Des insectes et des hommes

Je vous invite à lire l'article de l'entomologiste Michel Tarrier "Eloge de la dénatalité" publié dans La Revue des ressources.
Michel Tarrier est l'auteur du pamphlet Faire des enfants tue aux Editions du Temps. Nous avons déjà eu l'occasion de parler de lui dans Changer le rêve à propos de son article "Le Papillon, reflet de la perte de la biodiversité".

"Eloge de la dénatalité", vieux d'un an déjà, reste d'actualité. Le phénomène de la surpopulation semble une constante de la pensée des temps modernes. Songeons à Bergson qui prophétisait en 1932: "Laissez faire Vénus, elle vous amènera Mars" (Les Deux sources de la morale et de la religion, Oeuvres, PUF, 1970, p.1222). Pensons à la rencontre d'Einstein et de l'abbé Pierre à Princeton en 1948 et à la fameuse déclaration du savant mettant en garde contre les "trois explosions":

« Cette explosion de la matière est la plus faible des trois explosions auxquelles l’humanité sera nécessairement confrontée. Avec les progrès de la médecine, l’humanité va bientôt assister à l’explosion de la vie qui apportera plus de bouleversements que celle de la matière. Mais l’explosion la plus lourde de conséquences pour l’humanité sera celle de l’information. D’ici peu, par toutes sortes de techniques, les plus pauvres, les plus malheureux auront connaissance de ce que l’humanité est capable de faire et des moyens qui pourraient les sortir de la misère, de leur détresse. Partout sur la planète, et pour la première fois de son histoire, l’homme saura l’absurdité de sa souffrance et donc souffrira de savoir qu’il souffre. L’humanité se trouvera ainsi acculée, sans dérobade possible, à de nouveaux partages."

Bombe atomique.
Bombe de l'information.
Bombe démographique.

Nous y sommes.

L'entomologiste américain Paul Ralph Ehrlich a réutilisé l'expression dans son livre The Population Bomb paru en 1969 aux éditions Sierra Club Publishers de New York . Ehrlich préside le Center for Conservation Biology Bing et enseigne l'étude des populations à l'Université de Stanford. Si, dans The Population Bomb, ses prophéties scientifiques (j'écris l'expression en pleine conscience du paradoxe) semblent parfois exagérées et sont contestées pour la précision des dates qu'elles avancent, on ne peut s'empêcher de penser qu'elles contiennent peut-être un fond de vérité. Le livre co-écrit avec son épouse Anne H.Ehrlich et paru l'an dernier The Dominant Animal: Human Evolution and the Environment (Island Press, 2008), élargit le problème de la surpopulation aux conséquences de la domination humaine sur la planète (changement climatique, épidémies, impact de l'éducation, de la religion, des conduites politiques…).

Il est intéressant de penser que l'étude scientifique des populations d'insectes (dans le cas de Michel Tarrier comme de Paul Ralph Ehrlich) peut conduire à une réflexion sur la (sur)population humaine. La littérature a établi, quant à elle, le parallèle depuis bien longtemps. Les insectes sociaux comme les fourmis, les abeilles ou les termites sont les champions de la vie en société. Leurs structures sociales, pouvant contenir jusqu'à 30 000 insectes, sont hyper-organisées autour d'une ultra-spécialisation des individus. Des hyper-sociétés dans lesquelles l'individu n'a aucune importance. En dehors des dessins animés, un individu fourmi ou un individu abeille n'existe pas et ne peut d'ailleurs pas survivre en dehors de la collectivité. Si l'on pousse la réflexion comparative un peu plus loin, que vaut l'individu humain dans les mégapoles d'aujourd'hui? Et dans celles de demain a fortiori? L'individu humain ne finit-il pas par valoir ce que son travail spécialisé rapporte au groupe? La question "qui es-tu?" se pose rarement. "Que fais-tu?" souvent. Et même parfois, dans les pays ultra-libéraux comme les Etats-Unis par exemple, "que gagnes-tu?". Dès lors, sur quoi repose la définition de l'être humain?
Mais ces questions relèvent peut-être du lieu commun...

Le débat Faut-il remettre en cause le progrès? de Boris Cyrulnik, de Yves Paccalet et de Pierre Rabhi à l'occasion de la 3° Université de la Terre du 17 et 18 octobre 2008 peut compléter avec intérêt cette réflexion et celle des publications précédentes. Je vous invite à consulter la vidéo. Les interventions de Pierre Rabhi sont savoureuses.

lundi 12 janvier 2009

Monsanto se porte bien, lui

Voici deux informations que je vous laisse mettre en parallèle.

1) La crise n'existe pas chez Monsanto!

"Bénéfice record pour Monsanto fin 2008
Le groupe américain de semences a dépassé les attentes pour son premier trimestre 2008-2009 avec un bénéfice net plus que doublé et un chiffre d'affaires record. Il revoit à la hausse ses perspectives pour l'ensemble de l'exercice.
Monsanto ne connaît pas la crise. Le producteur américain de semences génétiquement modifiées a annoncé ce mercredi ses résultats pour le premier trimestre 2008-2009, qualifiés "d'historiques". Le groupe a dégagé sur la période de septembre à novembre un bénéfice net plus que doublé grâce à la bonne tenue de ses activités en Amérique du Sud.
Sur ces trois mois, le bénéfice net s'est envolé de 117% à 556 millions de dollars, contre 256 millions réalisés l'an dernier à la même époque. Par action, le bénéfice net s'établit à 1 dollar (contre 0,46 dollar un an plus tôt), soit nettement au dessus des prévisions les plus optimistes des analystes, qui tablaient sur 0,59 dollar.
De son côté, le chiffre d'affaires atteint 2,6 milliards de dollars, un niveau record pour l'entreprise. Dans le détail de l'activité, les ventes s'élèvent à 1,1 milliard dans les semences et à 1,4 milliard dans les herbicides.
Fort de ces performances, le groupe américain a relevé ses prévisions de résultats par action pour l'exercice en cours de 4,40 à 4,50 dollars. Monsanto s'était engagé jusqu'ici sur une fourchette de 4,20 à 4,40 dollars.
En Bourse, ces résultats sont accueillis avec enthousiasme par les investisseurs. Peu après l'ouverture de Wall Street, le titre Monsanto bondit de 9,75% à 80,60 dollars."
Copyright 2009 La Tribune

2) Roundup: risques à doses infinitésimales

Gilles-Eric Séralini et Nora Benachour, biologistes moléculaires à l'Université de Caen, ont publié en décembre 2008 dans la revue "Chemical Research in Toxicology" une étude présentant les risques liés au principe actif du Roundup (le glyphosate) et à ses autres composants à doses infinitésimales ("Glyphosate Formulations Induce Apoptosis and Necrosis in Human Umbilical, Embryonic, and Placental Cells"). "Nous avons travaillé sur des cellules de nouveau nés avec des doses de produits 100.000 fois inférieures à celles avec lesquelles le jardinier lambda est en contact. Les Roundup programment la mort des cellules en quelques heures" déclare le professeur Séralini (source AFP), président du Conseil Scientifique du CRIIGEN (Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le Génie Génétique).

vendredi 9 janvier 2009

Eau virtuelle et conflits réels

Vous connaissez l'empreinte énergétique: c'est l'impact d'une personne ou d'une organisation sur l'ensemble des ressources énergétiques. Connaissez-vous l'empreinte en eau (virtual water en anglais)?

"L’empreinte en eau d’un produit (installation, bien ou service) correspond au volume d’eau fraîche utilisée à tous les stades de sa chaîne de production. L’empreinte en eau est également sa « teneur en eau virtuelle »." Source: waterfootprint

Quelques exemples:

10 litres= 1 feuille de papier A4
30 litres= 1 tasse de thé
40 litres= 1 tranche de pain blanc de 30 gr environ
50 litres= 1 orange
70 litres= 1 pomme
75 litres= 1 verre de bière de 250 ml
120 litres= 1 verre de vin de 125 ml
140 litres= 1 tasse de café
170 litres= 1 verre de jus d'orange de 200 ml
200 litres= 1 oeuf
900 litres= 1kg de maïs
1000 litres= 1 litre de lait
1300 litres= 1 kg d'orge
1350 litres= 1 kg de blé
1500 litres= 1 kg de sucre de canne
1800 litres= 1 kg de soja
2400 litres= 1 hamburger
2500 litres= 1 kg de noix de coco
2700 litres= 1 tee-shirt en coton
3400 litres= 1 kg de riz
3900 litres= 1 kg de viande de poulet
4800 litres= 1 kg de viande de porc
5000 litres= 1 kg de fromage
5000 litres= 1 kg de millet
16000litres= 1 kg de viande de boeuf

Ces chiffres sont éloquents, surtout dans le contexte de la crise alimentaire que connaissent les pays les plus pauvres. Si on les place dans une perspective géopolitique, on comprend quelle richesse détient l'état ou l'entreprise qui se considère propriétaire de l'eau. Sachant que le contrôle de l'or bleu est lié à de nombreux conflits armés, la géopolitique de l'eau n'a rien à envier à celle de l'or noir. En toile de fond de la Guerre des 6 jours en 1967, il y a, outre le contrôle par Israël de la bande de Gaza (ex-territoire Egyptien) tristement au centre de l'actualité, celui du plateau du Golan (ex-territoire Syrien) et la Cisjordanie (ex-territoire Jordanien), deux châteaux d'eau du Moyen-Orient. La vallée du Jourdain est une des zones hydro-conflictuelles du Moyen-Orient relevées par François Boëdec, enseignant à la Faculté des Sciences sociales et économiques (FASSE) de l’Institut catholique de Paris dans son article "Une Approche politique du contrôle de l'eau au Moyen-Orient". Une deuxième source de conflit concerne les vallées du Tigre et de l'Euphrate (Turquie-Syrie-Irak) et une troisième le bassin du Nil (Egypte-Ethiopie-Soudan). Mais les stratégies militaires liées au contrôle de l'eau dépassent malheureusement le cadre géographique du Moyen Orient. Auteur du volume Le Tibet de la collection Que sais-je? (PUF, 2008), le journaliste militant de la cause tibétaine Claude-B Levenson pointe les dessous de l'occupation chinoise au Tibet. En plus des nombreuses ressources naturelles qu'il recèle (plus de 90 sortes de minerais découverts ainsi que du pétrole, du charbon et du gaz naturel), le plateau tibétain est une extraordinaire réserve hydraulique. Le Fleuve jaune, le Yang Tsé, le Mékong, l'Indus et le Brahmapoutre y prennent leur source. Trois milliards de personnes et l'équilibre écologique de leur milieu dépendent de ce réservoir d'eau. Ils dépendent du pouvoir politique chinois. Or, Pékin prévoit d'ici 2020 de réaliser 15% de sa consommation énergétique grâce aux énergies renouvelables parmi lesquelles l'hydro-électricité. Un futur conflit avec l'Inde n'est pas exclu: plusieurs projets de détournement du Brahmapoutre sont à l'étude. Déjà, des barrages construits sur le Mékong mettent en péril les habitants de la Birmanie, du Laos, du Cambodge, de la Thaïlande et du Vietnam.
Combien d'autres conflits, encore, dont les véritables raisons sont tues?

Pour finir, la chanson de Karma Sutra, L'or bleu:

mercredi 7 janvier 2009

Ordi-na-teur

« Le cycle d’obsolescence des ordinateurs est devenu si rapide, que dans les hypermarchés informatiques du futur, il y aura des décharges juste en face des caisses enregistreuses. » Dave Barry (journaliste américain)

Bien difficile aujourd’hui de se passer évidemment d’un (ou plusieurs) ordinateur(s) et d’une connexion haut-débit … mais il est toutefois possible de faire de la « résistance » tout en conservant son confort d’utilisation.

Vous trouvez que votre belle machine s’essouffle, que les temps de démarrage et d’accès aux fichiers s’allongent, que des écrans bleus apparaissent sans prévenir, etc. et vous vous laisseriez volontiers tenter par cette publicité vue dernièrement pour une machine flambant neuve aux caractéristiques techniques impensables il y a encore quelques mois.

Ne cédez pas …

Je suis moi-même une utilisatrice trop captive sans doute et pourtant j’utilise (entre autre) un ordinateur portable qui a 4 ans, tout juste 256 Mo de RAM et qui fonctionne à merveille.

Plusieurs pistes :
> si vous êtes résolument adeptes de Microsoft :
*surtout n’abandonnez pas XP au profit de Vista, les besoins en ressources matérielles de ce dernier, sont monstrueux pour un moindre confort à l’utilisation
*optez pour des applications performantes : par exemple préférez Firefox à Internet Explorer, il est plus sûr et plus rapide
*veillez à conserver votre machine en bon état de fonctionnement : c'est-à-dire avec un anti-virus et un anti-spyware à jour, faites des analyses régulièrement

> si votre disque dur est plein comme un œuf, faites un peu de ménage et éventuellement optez simplement pour un disque dur externe qui viendra augmenter largement votre capacité de stockage et sécurisera par là-même vos données

> si vous en avez assez d’être pris pour un « pigeon » : orientez-vous vers le monde du libre et votre machine ne s’en portera que mieux,

Les distributions Linux, un temps réservées à des « pros », sont aujourd’hui accessibles au plus grand nombre, il suffit de télécharger sur le site correspondant un fichier qui devra être gravé sur un cd pour réaliser une installation complète sans soucis (et sans débourser un centime).

Je précise que bon nombre des applications (frirefox, openoffice, the gimp, etc.) pour windows existent également pour linux et qu'au cas échéant elles doivent trouver une équivalence. Par ailleurs, il n'est plus nécessaire de multiplier les anti-virus, pare-feu et autres anti-spywares.

Pour ce qui me concerne j’utilise Ubuntu et sa variante Xubuntu (sur mon ancien portable), celle-ci ayant l’avantage d’être plus légère.

Vous pourrez retrouvez ici un article bien documenté sur les différentes « distributions » Linux. Et pour ce qui est d’Ubuntu, elle est disponible avec l’environnement (interface utilisateur) Gnome ou avec l’environnement KDE et s’appelle alors Kubuntu ou encore avec l’environnement moins gourmand XFCE pour Xubuntu. Choississez celle que vous préférez :)

Un dernier petit conseil, il semble préférable pour l’instant de s’en tenir à la version 8.04 autrement appelé Hardy Heron.

Pour finir sur ce point, il faut savoir aussi, s’il vous reste quelques hésitations avant de quitter le monde merveilleux de Microsoft, que vous pourrez trouver en ligne des documentations très détaillées pour vous familiariser avec ces nouveaux systèmes et également des forums très actifs (ce qui est particulièrement vrai pour la communauté Ubuntu, merci à ses membres).

Voilà, fini donc la course aux équipements de plus en plus performants pour faire un peu d’internet, classer quelques photos, monter la vidéo des vacances une fois par an et j’oubliais un peu peut-être de bureautique. Nos machines ont encore de beaux jours devant elles.

mardi 6 janvier 2009

Parachute doré

Voici ce qu'on appelle une chanson bien engagée dans notre époque. D'autant plus efficace qu'elle joue sur les contrastes!

lundi 5 janvier 2009

Le monde mérite d'être beau

"Le monde mérite d'être beau". Ces mots, je les emprunte à Fabrice Nicolino, auteur du blog "Planète sans visa". Un blog qui mérite une longue visite, assurément. Ces mots concluent un magnifique article intitulé "Je N'aime Pas Du Tout La Réalité".
Je lis entre les lignes l'impérieuse nécessité de réenchanter la-réalité-que-l'on-n'aime-pas par le contact de la-réalité-que-l'on-aime. Certaines circonstances, certains lieux, certaines rencontres, certains êtres sont des portes. Passez-les et rapportez avec vous ce que vous y avez trouvé. Et foin de la rationalité! C'est elle qui crèe la-réalité-que-l'on-n'aime-pas-du-tout-du-tout! Vive le pouvoir de l'imagination! Je vous souhaite cet enchantement pour 2009...


« Tout est question d’imagination. La responsabilité commence avec le pouvoir de l’imagination.Yeats disait : in dreams begins responsabilities. C’est parfaitement exact. »
Haruki Murakami, Kafka sur le rivage.